Le Brexit pour les entreprises, Olivier Campenon

0

English version below

 

Le peuple britannique a récemment ouvert une porte sur l’inconnu et beaucoup d’interrogations subsistent encore depuis l’annonce du Brexit.

L’économie britannique ne s’est jamais aussi bien portée : c’est faux. Si elle ne s’est pas écroulée comme on l’avait prédit en cas de vote du Brexit, elle commence à montrer des signes inquiétants : l’inflation augmente, et la consommation commence à fléchir, baisse de la livre oblige. Mais le Royaume Uni bénéficie toujours d’un chômage inférieur à 5% et de la croissance la plus élevée d’Europe.

Toutes les banques vont quitter Londres : c’est faux. Seules quelques-unes ont annoncé le déplacement d’une partie de leurs équipes vers Paris (HSBC), Francfort (Standard Chartered) ou Dublin (Barclays l’étudie). La place financière de Londres – la City – est la première d’Europe et le restera très probablement, même si un tiers des transactions y sont effectuées en euro et pourraient donc devoir se rapatrier en cas de perte – probable-  du fameux ‘passeport’.

Le Brexit est une opportunité pour la France : c’est vrai, mais pas gagné pour autant. La modification des accords commerciaux avec le Royaume-Uni va présenter des opportunités aux entreprises qui seront suffisamment agiles pour en profiter : l’accueil des banquiers, des services pour accompagner ces changements, ou encore les chaines logistiques pour s’adapter au retour des transactions douanières.

Dans deux ans, tout sera réglé : c’est probablement faux. L’article 50 prévoit en effet une période de deux ans de négociations, mais il n’y aura pas de « grand soir ». Une période de transition sera nécessaire, ordonnée, afin de permettre à toutes les parties de s’adapter au nouveau contexte des relations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne.

Les entreprises sont inquiètes des conséquences du Brexit : c’est vrai. Quelles conséquences sur les citoyens européens, les transactions commerciales, la finance?  Autant de questions ouvertes qui rendent difficile une bonne préparation aux années à venir.

Alors plus que jamais nous devons dialoguer et faire entendre la voix des entrepreneurs. C’est pourquoi nous vous invitons à répondre à l’enquête ci-après : https://www.surveymonkey.co.uk/r/M65SNTN
Elle ne vous prendra que quelques minutes pour mieux exprimer l’avis des entreprises.

D’avance merci
Olivier Campenon
Président


English version

Your Brexit Questions answered

Following the Brexit announcement, the British people have entered unchartered waters, and there are many questions surrounding the decision that are yet to be answered.

  • The British economy has never done so well:

Although it hasn’t collapsed, as was predicted in the case of a Brexit vote, it has started to show worrying signs; inflation is increasing, consumption is declining, and the pound sterling has weakened. However, the UK still benefits from the highest growth in Europe and has a low unemployment rate of 5%.

  • All the banks are going to leave London: Wrong

Only a few banks have announced the relocation of part of their teams towards either Paris (HSBC), Frankfurt, (Standard Chartered) or Dublin (Barclays). The financial centre of London, the City, currently seen as the financial centre of Europe, will very probably stay as is, even if a third of transactions are carried out in euros and might therefore have to be repatriated in the probable case of losing the famous financial ‘passport’.

  • Brexit is an opportunity for France: True but not necessarily a given.

The transformation of commercial agreements with the UK will give opportunities to those businesses agile enough to make the most of the current situation: welcoming bankers, providing a service that accompanies these changes, or implementing the logistical sequences that will be necessary to adapt to the return of custom heavy transactions.

  • In two years, everything will be sorted: Probably wrong

Article 50 was the precursor to two years’ worth of negotiations, and it will be gradual. This period of transition will be much needed in order to allow all parties time to adapt to the new relationship between the UK and the EU

  • Businesses are worried about the consequences of Brexit. True

What are the consequences for European citizens, commercial transactions and finance? Such open-ended questions make it difficult to prepare for the coming years.

So, more than ever, we must have an open dialogue and bring forth the voice and opinions of entrepreneurs. This is why we invite you to respond to the attached questionnaire, it will only take you a few minutes and will allow you to better explain your company’s points of view.

Thank you
Olivier Campenon
President

Share.

About Author

Comments are closed.