Créée en 1873, la Chambre de Commerce Franco-Britannique est fière d’être la plus ancienne Chambre de Commerce britannique en Europe et la plus ancienne Chambre de Commerce en France d’origine étrangère. En 2018, nous avons fêté avec nos membres 145 années de collaboration avec les entreprises des deux côtes du Channel.

Face aux nombreux évènements de l’histoire, notamment les deux guerres mondiales, la grande crise de 1929 et les évènements récents liés au Brexit, la Chambre a su faire preuve de dynamisme et d’adaptabilité en unissant et assistant la communauté d’affaires Franco-Britannique depuis plus de 145 ans.

Entente cordiale en action

Le 5 mai 1873, la Chambre est créée sous le nom de Chambre de Commerce Britannique de Paris, fondée par un consortium de vingt-deux marchands. Il s’agissait de profiter du nouveau principe du libre échange, à la suite de la signature du traité de libre-échange entre le gouvernement libéral de William Gladstone à Londres et le gouvernement français de l’Empereur Napoléon III. Ce nouvel accord qui octroyait une réduction des tarifs douaniers se révéla comme un véritable catalyseur d’opportunités pour la communauté d’affaires franco-britannique.

Aux origines, le rôle initial de la Chambre était d’être au service et de garantir la protection de la communauté anglaise en France, et plus particulièrement à Paris. La Chambre connut un intérêt croissant dès les premières années de sa création, comptant 817 membres en 1914.

La Chambre a toujours maintenu une grande tradition d’animer des débats et des discussions d’affaires. Au début des années 1880, la Chambre organisait des évènements ou dîners-débats au Café Riche et à l’Hôtel Intercontinental à Paris sur des thèmes tels que la politique coloniale britannique ou le protectionnisme américain.

Les deux guerres mondiales

Pendant la première moitié du vingtième siècle, les années de conflit et de destruction ont été des périodes difficiles pour la Chambre. Le contexte économique international avait rendu les échanges plus compliqués avec des routes commerciales plus précaires et des fluctuations importantes des monnaies.

En 1940, la Chambre était directement affectée par l’invasion allemande en France, et certains employés de la Chambre, dont le Secrétaire Général de l’époque, Harold Twitchin, ont été arrêtés. D’autres membres de la Chambre ont néanmoins réussi à quitter la France à temps et se sont installés à Londres pendant la durée du conflit. Malgré un nombre d’adhérents en chute libre dû aux circonstances très difficiles de cette période, la Chambre a persévéré en maintenant les idéaux définis par l’Entente Cordiale. C’est durant cette période, en 1933, que la Chambre a ouvert ses portes aux membres ‘étrangers’ c’est-à-dire… à des membres de nationalité française.

 

Construction européenne…

Au cours des décennies suivantes, la Chambre a continué à se transformer et à se développer. Depuis la fondation de la Communauté Européenne en 1957, puis l’arrivée du Royaume-Uni en janvier 1973, l’ouverture du Tunnel sous la Manche en mai 1994, ces étapes-clés ont permis à la communauté d’affaires franco-britannique de tisser des liens forts et aux entreprises membres de la Chambre des deux côtés du Channel de prospérer.

Les résultats du référendum du Brexit du 23 juin 2016 ont bousculé cette dynamique et la Chambre s’est, dès les semaines suivantes, investie dans une série de réunions d’informations, de rencontres et de séminaires pour préparer ses membres originaires des deux pays aux nouvelles règles d’échanges économiques en reconstruction.

Et demain…

Se plaçant délibérément dans un contexte de « positive thinking », la Chambre a encouragé ses membres à une attitude de calme, de détermination et de pragmatisme pour se préparer à toutes les options, en insistant sur le fait qu’un « no deal » serait perdant pour les entreprises, pour les États et pour l’Union Européenne.

Le 31 janvier 2019, la Chambre a annoncé une initiative stratégique en collaboration avec le cabinet de conseil PwC et le DIT de l’Ambassade de Grande-Bretagne en France pour la création du Think Tank « Cross-Channel Institute, for the promotion of Franco-British sustainable prosperity ».

« Oui au Brexit Politique mais Oui au Remain Economique »
Thierry Drilhon, Président de la Franco-British Chamber

Plus que jamais, la Franco-British Chamber, privée et apolitique, se consacre à représenter et accompagner dans leur développement les entreprises françaises et britanniques de toutes tailles et toutes activités des deux côtés de la Manche grâce à son puissant réseau d’affaires générateur d’opportunités et de croissance dans la bienveillance et une confiance dynamique.

Bibliography: De Gmeline, Patrick. (1999) La Chambre de Commerce franco-britannique, 125 ans de relations transmanche. Paris : Polyprint.